Electronic Voice Phenomenon

evpLe phénomène des voix électroniques a été popularisé en 2005 par le film « La Voix des Morts » (White Noise, avec Michael Keaton), mais est connu par les amateurs de spiritisme depuis que les moyens d’enregistrement existent. Certains enregistrements faits pendant des moments de silence ou de bruits « neutres » (vent, eau qui coule, bruit blanc, etc) révèlent à la réécoute ce qui semble être des voix ou des fragments de paroles. La teneur des messages, le contexte des enregistrements, ainsi que la tonalité particulière de ces voix conduisent de nombreuses personnes à penser qu’il s’agit d’un phénomène paranormal.

EVP : comment capture-t-on ces « voix fantômes » ?

En général, le chercheur choisit un support vierge pour éviter toute contamination par un enregistrement antérieur, puis commence à enregistrer après s’être tu ou avoir posé une question à l' »esprit » censé être présent. L’enregistrement ainsi réalisé est ensuite amplifié, de manière à augmenter l’intensité des bruits de fond ou des parasites, et réécouté avec attention. Dans l’immense majorité des cas, on entend alors des craquements d’électricité statique, des bruits de moteur émis par l’appareil d’enregistrement, ou encore le vent dans les arbres au loin, c’est-à-dire tout son pouvant être capté dans des conditions normales par un micro situé là où aucun participant ne parle.

Electronic Voice Phenomenon (EVP)Mais un certain nombre de ces enregistrements a révélé des choses plus étranges. Malgré l’absence de perception sonore par les participants au moment de l’enregistrement, l’amplification a pu faire entendre des cris, des fragments de voix, ou même des messages plus ou moins intelligibles, tels que « Va te coucher, Margaret », « Joyeux Noël à tous », « I love you »…

Ces messages peuvent se classer en trois catégories :

– Peu clair et ouvert à l’interprétation (typiquement une sorte de craquement statique distordu par l’amplification, dont on pourrait penser qu’il s’agit d’une voix, mais sur laquelle tous les auditeurs ne s’accordent pas),

– Assez clair : tant qu’on ne propose pas d’interprétation globale du bruit enregistré, les opinions divergent, mais une fois le bruit « traduit » en mots, on s’accorde là-dessus.

– Clair et puissant : tout le monde s’accorde spontanément sur les mots prononcés.

De nombreux exemples peuvent être trouvés sur le site de l’American Association of Electronic Voice Phenomena (AAEVP). Certains sont très clairs, notamment le célèbre « I love you » enregistré par Martha Copeland (les personnes sensibles, même sceptiques, doivent s’abstenir, car l’effet est extrêmement surprenant ; pour l’écouter, cliquer ici). Le son est meilleur au casque avec un volume assez élevé.

Théories émises par les « chasseurs de fantômes » pour expliquer les EVP

D’après les personnes convaincues de l’existence du surnaturel, ces messages seraient la preuve d’une communication soit avec l’au-delà, soit avec des personnes décédées mais n’ayant pas encore « fait le grand saut ».

Certains expliquent que les âmes séparées du corps continuent d’émettre à un niveau quantique les informations que les personnes n’ont cessé d’emmagasiner pendant toute leur vie, ce qui expliquerait l’apparente incohérence de certains messages, comme « J’ai besoin d’une allumette », prononcé par la voix d’un homme qui cherchait souvent les siennes.

Selon d’autres, les « entités » seraient capables de manipuler les flux électroniques des appareils en train d’enregistrer des bruits de fond, mais n’auraient pas assez d’énergie pour envoyer des messages directs. Cette théorie s’appuie sur l’existence de « messages » contenant des réponses cohérentes aux questions posées par l’expérimentateur (« Que fait-on quand on meurt ? » – « On passe la vie en revue… »), et qui paraissent dénoter une intention claire.

Tentative d’explication

On peut expliquer l’apparition de ces « messages » sur des enregistrements de bruit de fond par un aspect particulier de l’appareil de pensée humain : la pareidolie, ou tendance de l’esprit à chercher le reconnaissable.

La pareidolie est une structure innée de l’esprit, mise en place par l’évolution naturelle. Face à une grande quantité de stimuli vagues, comme de hautes herbes mouvantes dans un champ, il vaut mieux pour survivre être en mesure de distinguer le plus vite possible les mouvements qui trahissent l’avancée d’un prédateur. Ceux-ci ont une structure reconnaissable (avancée en ligne droite, tournants brusques) et signifient le danger, alors que les mouvements dûs au vent ne sont pas structurés. Le cerveau humain est donc « programmé » pour détecter automatiquement toute structure susceptible de porter une signification.

C’est cette tendance, extrêmement utile face à un danger potentiel, qui continue de fonctionner « à vide » lorsque nous voyons des animaux dans les nuages ou lorsque nous sommes face à un test de Rorsach. Les images que nous voyons sont aléatoires et dépourvues de sens, mais nous y projetons une signification par habitude. La même chose se passe lorsque nous remarquons qu’une horloge marquant quatre heures moins vingt ressemble à un vieux monsieur à moustaches. A partir de là, il suffit qu’un long craquement d’électricité statique ait suffisamment subi de distortions pour ressembler à une vocalisation ; notre esprit s’attachera alors à trouver des mots dans ce qu’il entend même si personne ne parle.

On peut alors rejeter les EVP les moins claires comme directement issues de cette tendance de l’esprit à rechercher à tout prix la signification. Les plus fortes pourraient aussi être des canulars. Ecoutez quand même les nombreux exemples disponibles sur Internet, la nuit, au casque ; ça vaut le coup.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s