Explication de la fin de Torchwood : Miracle Day

Torchwood est une série formidable, et elle se bonifie à mesure qu’elle s’éloigne de son origine dans Doctor Who. La dernière saison, Miracle Day, tourne autour des bouleversements qu’entraîne un « miracle » global : un jour, sur toute la planète, sans raison visible, plus personne ne meurt. Ça a l’air bien à première vue, mais ça n’empêche pas les gens d’exploser ni de tomber du trentième étage, les choses sont donc plus compliquées à gérer que d’habitude.

Cet article est une tentative d’expliquer la fin de la saison qui n’était ni logique ni claire, donc ça va forcément spoiler grave à partir de tout de suite.

(attention, mur de texte – c’est très compliqué)

La série se développe avec un rythme constant, nous faisant approcher le coeur du problème de plus en plus près à chaque fois, mais lui permettant toujours de nous échapper de justesse pour maintenir le suspense. Et après plusieurs péripéties tout à fait complexes sur le pouvoir des médias, l’avancée d’une dictature soft, le nazisme administratif et le romantisme vintage gay, on découvre soudain que tout rentre dans l’ordre si on envoie du sang de Jack Harkness à deux extrémités du monde à la fois. WTF. C’est une résolution qui semble bien hâtive.

On peut adopter l’attitude simpliste qui consiste à dire « ouais mais il était mortel alors mettre du sang de mortel dans le Miracle ça rend tout le monde mortel, comme il avait rendu tout le monde immortel de mettre son sang immortel dans le Miracle, quoi ». Mais d’une part ça n’a aucun sens, d’autre part ça fait comme si Doctor Who n’avait jamais existé, ce qui n’est pas sans poser problème. (On se souvient avoir observé les résultats d’une pareille hypothèse dans l’épisode Turn Left, et ce n’était pas joli joli).

Quel rapport entre le sang de Jack et quoi que ce soit ?

On se souvient tous que Jack est immortel depuis le dernier épisode de la première saison de Doctor Who 2005. Mais si, c’était très clair. Non, vraiment. Le problème était le suivant : les Daleks sont partout et vont tout dalekiser (ce problème a tendance à revenir périodiquement depuis les années soixante). Pour empêcher les Daleks d’emporter une victoire tragique et définitive, il faut deux choses :

– que Rose et le Docteur soient là où ils sont maintenant pour pouvoir agir quand il le faut, et

– que les Daleks soient empêchés d’être là parce que c’est là qu’ils touchent au but.

Les circonstances sont telles que Rose et le Docteur sont bien là, mais impuissants.

La solution élégamment trouvée par Rose est la suivante : regarder dans le coeur du Tardis pour voir l’intégralité du temps, c’est-à-dire pour que sa conscience devienne partout et tout le temps en un instant. C’est ce qui lui permet de disséminer des indices (« Bad Wolf ») de manière antérograde dans tous les épisodes précédents, pour prévenir son ancien moi et le Docteur que c’est vers l’endroit où ils se trouvent dans le présent qu’il faut se diriger, parce que c’est cela qui lui permet d’être là, maintenant, au moment où elle plonge au coeur du Tardis, pour prévenir son moi passé. Et en même temps, elle modifie le passé des Daleks afin de les empêcher d’avoir pu venir jusqu’à l’ici et maintenant où ils sont sur le point de réussir leur plan d’extermination. La présence des Daleks est donc rendue impossible et annulée ; donc ils disparaissent tous, n’ayant jamais pu être là. Doctor Who est une série pour intellectuels.

Or, avant d’avoir été annulés, les Daleks étaient bien là – on les a vus – et ont positivement atomisé à coups de laser le capitaine Jack Harkness, qui jusque-là était simplement présenté comme un beau gosse du futur, et qui maintenant se présente comme un pauvre tas de cendres.

Annuler la possibilité des Daleks le tuant juste après qu’ils l’aient tué, lui, crée forcément un paradoxe. Jack ne peut pas avoir été tué par les Daleks puisqu’ils n’ont jamais été là, Rose l’ayant empêché dans un lointain passé. Il doit donc ne pas avoir été mort. Mais mort, il l’est bien, puisqu’en forme de tas de cendres. Jack revit donc, puisqu’il n’a pas pu être tué par un Dalek qui ne pouvait pas être là depuis le départ ; mais il n’est tout de même pas juste resté vivant, puisqu’il a fallu le ressusciter pour qu’il revive. Paradoxe temporel : Jack est à la fois ayant-été-tué (puisque réapparu) et n’ayant-pas-été-tué (puisqu’impossible). Le temps étant une machine tournant sous Vista, sorte d’OS wibbly et wobbly, ce bug suffit à le faire freezer. Jack devient donc un point fixe dans le temps et dans l’espace, incapable de subir quoi que ce soit d’altérant (blessure, vieillissement, lupus ou explosion). Eh oui, Jack n’était pas immortel avant cet épisode ; il suffit de voir sa tête au moment de sa résurrection pour comprendre que ce n’est pas quelque chose d’habituel à ce moment-là.

Tout ceci pour expliquer que, comme Jack lui-même le répète plusieurs fois dans Miracle Day, son sang n’a absolument rien de particulier. C’est comme si se coincer le doigt dans une porte était considéré comme une maladie génétique. Alors pourquoi tous les rebondissements des deux derniers épisodes tournent-ils exclusivement autour du sang de Jack ? On trouve l’endroit précis du Miracle en suivant les gouttes de son sang qui y sont mystérieusement attirées, un soldat se fait exploser avec toute son unité exprès pour faire se volatiliser ce qu’il croit être les pochettes du sang de Jack, Rex Matheson et Jack annulent le Miracle en lui envoyant tous les deux du sang de Jack des deux bouts du monde à la fois, et enfin Rex se retrouve immortalisé après la fin du Miracle. On dirait que tout cela n’a aucun sens. Se serait-on fatigué à regarder dix épisodes pour se voir servir une fin en queue de poisson parce que les scénaristes ont jeté l’éponge juste avant la fin ?

Il me semble juste que tous les éléments sont bien en place dans la série, mais que personne ne pense à les relier pour constituer une explication rationnelle de ce qui se passe réellement. Jack essaie bien d’expliquer quelque chose lorsqu’il se trouve face à face avec le Miracle, mais on comprend que les circonstances le rendent un peu hystérique à ce moment-là, aussi ne parvient-il qu’à balbutier que quelques absurdités qui lui attirent la moquerie de Gwen.

Reprenons l’explication de la blonde capitaliste :

– Le Miracle est une faille sentiente présente depuis la formation de la planète et qui vivait en état de relative tranquillité jusqu’à ce que les humains se mettent à la déranger en creusant partout autour.

– Souhaitant qu’on la laisse tranquille, cette faille a donc essayé de contenter les humains, afin qu’ils soient satisfaits et cessent leurs activités diverses, qu’elle considérait comme une agression.

– Elle a donc fait en sorte que l’espérance de vie des hommes à ses deux extrémités soit exactement égale à l’espérance de vie moyenne sur toute la planète.

Déjà, le lien logique n’est pas évident.

– Ensuite, les trois familles ont attendu que les technologies de l’information soient assez rapides pour pouvoir synchroniser une action des deux extrémités de la planète à la fois, et ont envoyé du sang de Jack conservé depuis l’affreuse torture du New York des années 20.

Là aussi, quel lien ? Pourquoi ? Juste pour essayer ? Ont-il envoyé le sang de Jack par hasard, pour voir ce que ça faisait, entre une barrique de Danao et une autre de jus de crevette ?

Ensuite, si tout le monde devient immortel grâce au champ morphique, pourquoi Jack devrait-il redevenir mortel ?

Jack explique en effet la théorie des champs morphiques comme suit (on le considère comme une source sûre parce qu’il vient du futur).

Lorsqu’une bande de singes isolés sur une île quelconque invente un nouvel outil, on observe souvent qu’une autre bande de singes isolés sur une autre île quelconque invente le même outil au même moment, malgré l’absence totale de communication entre les groupes. La raison : un champ morphique unifie globalement les consciences.

Par conséquent, si la faille a le pouvoir de manipuler un champ morphique mondial pour rendre tout le monde immortel, il n’y a aucune raison que ce champ ait un effet inverse sur Jack. Imaginons un singe plus intelligent que les autres : il n’a aucune raison d’oublier tout ce qu’il sait au moment de la découverte de l’outil particulier convoyée par le champ morphique.

– Enfin, lorsque tout le monde est immortel sauf Jack, on se rend compte qu’envoyer du sang de Jack-mortel dans le Miracle rend à nouveau tout le monde mortel, tandis que Jack redevient lui-même immortel. Un peu comme si moins devenait plus et plus devenait moins, et qu’en plus il y avait un système de contamination de l’un à l’autre. Ce qui n’a aucun sens, car quand je fais la vaisselle, frotter une assiette pour la rendre plus propre ne rend pas à nouveau sales celles que j’ai déjà lavées.

Je propose donc l’explication suivante : 

– Le Miracle souhaite satisfaire les hommes pour que ceux-ci le laissent tranquille. Il n’a presque pas d’informations à sa disposition, car les hommes pensent de manière indiviuelle alors que le Miracle a une conscience globale. Il a donc un peu de mal à se mettre à leur place. Il pense que les satisfaire, c’est leur donner ce qui est normal, car normal = stable = bon = global. Il se renseigne donc sur ce qui est normal avec les sens qu’il possède, et il possède une sensorialité globale puisqu’il traverse la planète sous sa forme physique. Pour connaître la norme chez les humains, il suffit de faire la moyenne de leurs différentes situations ; le Miracle pense que la meilleure situation est celle qui se rapproche le plus de la moyenne, car tout extrême est mauvais (par exemple, on est mieux en zone tempérée qu’à l’équateur ou aux pôles, et cela équivaut à la température moyenne de la planète). Le Miracle donne donc aux individus les plus susceptibles de creuser autour de lui une espérance de vie exactement égale à la moyenne mondiale, pour qu’ils soient satisfaits et cessent de creuser partout à la recherche d’on ne sait quoi.

– Arrive ensuite Jack, qui dans les années 20 est reconnu comme un individu à l’espérance de vie visiblement infinie. Les Familles qui assistent à son « miracle » à lui récupèrent son sang pour l’étudier et se jurent de percer le secret de l’immortalité.

– En 2011, les sciences de l’information sont suffisamment avancées pour permettre aux Familles de comprendre l’effet du Miracle sur les populations avoisinant les deux extrémités du Miracle (le croisement de données informatisées permet en effet de découvrir les endroits où les statistiques sont surprenantes, et une espérance de vie exactement égale à une moyenne mondiale est surprenante). Ils découvrent donc l’emplacement du Miracle en même temps que son action sur l’espérance de vie des populations. Se souvenant de l’homme à l’espérance de vie infinie, ils essaient donc de donner pour la première fois au Miracle une autre information que sa perception globale des moyennes. Par nature, le Miracle a une perception globale des choses – c’est lié à sa capacité naturelle de manipuler les champs morphiques, qui ont une action globale. Il ne faut donc pas lui donner cette information à un seul endroit, car une information ponctuelle ne serait pas reconnue comme information par cet être aux perceptions globales. Le plus proche de la globalité qu’on puisse obtenir, c’est une impression simultanée des deux extrémités (puisqu’on ne peut pas creuser pour en mettre partout tout au long de la faille). Il faut donc que le sang de Jack soit envoyé simultanément dans le Miracle à Buenos Aires et à Shanghai. Et l’hypothèse des Familles est vérifiée par l’échec de l’exécution de Danes. Comme le Miracle possède maintenant une donnée plus claire, plus tangible que des moyennes mondiales, elle prévaut : il modifie le champ morphique en conséquence.

(Ce qu’on perçoit comme le Miracle pourrait en fait être la seule colonne vertébrale d’une créature multidimensionnelle, dont le champ morphique global serait le reste du corps, ce qui expliquerait qu’il ne puisse percevoir que globalement).

Mais attention : le Miracle n’a pas pu appliquer au champ morphique la caractéristique « immortalité » qu’il aurait lue dans le sang de Jack qu’on lui a fourni. Ce serait un raccourci illogique, car on a vu que le sang de Jack ne contenait rien qui ait le moindre rapport avec l’immortalité. La seule chose particulière chez Jack, c’est qu’il a vécu très longtemps.

On peut estimer l’âge d’un échantillon sanguin lambda à partir des télomères des chromosomes, mais l’entité morphique sent que l’âge apparent de Jack ne coïncide pas avec son âge réel car elle raisonne de manière globale. De plus, si elle possède un sens temporel global, un échantillon de Jack ne peut que la plonger dans la confusion la plus totale. Jack est né dans le futur, a rencontré Rose dans le passé, a été bloqué dans le temps dans le futur, puis est revenu dans le passé où il a passé le temps jusqu’au présent, en passant par une péripétie du Torchwood présent impliquant un ancien boyfriend du futur le forçant à revenir dans le passé pour se faire enterrer vivant le temps que le présent veuille bien revenir. Même les entités transtelluriques sentientes y perdent leur latin.

Le Miracle se retrouve donc devant un échantillon sanguin impossible à dater. Lorsqu’on possède une date de naissance, un âge présent et une espérance de vie moyenne (celle de l’être humain normal), on peut calculer combien de temps il reste avant la mort ; mais si la date de naissance (le temps d’où vient Jack) est impossible à estimer (parce que trop lointain ou trop bordélique), il est impossible de savoir combien de temps reste avant la mort. Le Miracle se comporte donc comme un ordinateur en manque de données : ce qu’il ne peut pas calculer, il ne l’invente pas, aussi le champ morphique se trouve-t-il reprogrammé avec une date de mort qui manque. Donc, plus personne ne meurt et c’est logique. Quand les circonstances cliquent sur « Mort », elles obtiennent un 404.

Cela ne suffit pas à expliquer pourquoi Jack, lui, devient mortel, en une sorte de double négatif de tout le monde sur la planète. En effet, le champ morphique global manque juste d’une information : la date moyenne de la mort. Si cette information manque, il n’y a pas de raison qu’elle apparaisse spontanément rien que pour Jack. Il faudrait qu’il porte pour cela un champ morphique individuel autour de lui. Angelo a bien réussi à en mettre un sous son lit, mais Jack n’a rien fait en ce sens, et c’est une tâche impossible pour une entité agissant et percevant de manière globale. Et pourtant, le champ morphique individuel d’Angelo semble avoir lui aussi été inversé par le Miracle.

Il faut croire que le Miracle a été contrarié de deux manières différentes pour Jack et pour Angelo :

– Le champ morphique d’Angelo continue de fonctionner pendant le Miracle. Seulement, la superposition des deux champs morphiques les fait s’annuler l’un l’autre : le champ qui devait assurer l’immortalité à Angelo ne fait plus effet, et Angelo ne profite pas non plus du Miracle, ce qui lui permet de mourir de vieillesse la main dans celle de son ancien amant. Donc, les mécanismes cachés sous son lit continuaient de fonctionner, mais ne servaient plus qu’à annuler l’effet du champ global. Débrancher la prise aurait sauvé le vieil homme.

– Jack est un point fixe du temps et de l’espace, et cependant il continue à se déplacer et à vivre dans le temps. Cet état de choses doit créer une distorsion autour de lui qui se comporte d’une manière similaire à un champ morphique individuel. Les effets de Jack sur l’espace-temps entrent donc en conflit avec les effets du Miracle, ce qui, comme dans le cas d’Angelo, a pour conséquence l’annulation des deux. Jack se retrouve apparemment mortel, alors qu’en réalité il est toujours immortel mais que les effets de son immortalité se retrouvent annulés.

La preuve que l’immortalité n’est pas une caractéristique du sang de Jack que le Miracle aurait juste répercutée sur l’ensemble de la planète, c’est que personne ne guérit immédiatement de ses blessures comme Jack peut habituellement le faire.

On a donc expliqué la mortalité de Jack et d’Angelo, ainsi que l’immortalité du reste du monde. Reste à expliquer pourquoi envoyer à nouveau le sang de Jack devrait inverser la tendance, car on ne voit pas quelle caractéristique nouvelle son sang aurait eu le temps de prendre entre-deux.

Si l’immortalité du reste du monde vient de l’incapacité du Miracle à calculer l’espérance de vie de Jack, alors rétablir la mortalité sur l’ensemble de la planète implique de fournir au Miracle la donnée manquante. Cette donnée étant absente du sang qui avait été prélevé sur Jack à New York en 1920, il serait absolument inutile de renvoyer le même sang après le Jour du Miracle. Et pourtant, Jack n’a pas changé entre-temps. Il a beau n’être en apparence plus fixe dans l’espace et le temps, il n’a pas gagné de nouvelles caractéristiques.

Ou plutôt, si. Tout vient du fait que Jack ait eu le temps de vivre mortellement le temps d’une dizaine d’épisodes. Perdre sa fixité spatio-temporelle a permis à son métabolisme de recommencer à fonctionner de façon normale. Alors qu’avant, rien ne changeait jamais puisque Jack était en « reboot » permanent, il est maintenant capable de voir ses cellules se renouveler, ses globules rouges mourir et être remplacés par d’autres issus de la moelle osseuse, etc. Son cycle vital fonctionne à nouveau d’une manière compréhensible par une entité installée dans le temps. Le Miracle est donc capable, lorsqu’on lui fournit le nouveau sang de Jack, d’estimer globalement la durée de ce cycle, son origine et sa fin. Il possède donc maintenant la donnée qui lui manquait la première fois : l’estimation d’une espérance de vie.

Et comme une donnée complète prévaut sur une donnée incomplète, alors l’information est répercutée dans le champ morphique global, permettant à l’ensemble de la population de retrouver son espérance de vie moyenne, c’est-à-dire à chacun de retrouver son espérance de vie particulière. Le Miracle est levé, et Jack redevient immortel, c’est-à-dire que sa fixité dans l’espace et le temps cesse d’être contrariée par le champ morphique terrestre et peut à nouveau s’exprimer pleinement. Gageons que si Jack avait eu l’idée de s’éloigner un peu de la Terre grâce à son bracelet à chaque fois qu’il récoltait une balle perdue, il nous aurait épargné beaucoup d’inquiétude.

On peut alors penser que si le Miracle attirait le champ de Jack avec autant de force, c’était bien une sorte d' »appel », comme le suggère Gwen : le Miracle sent que la donnée qui lui manque se trouve non loin de là, mais comme il n’est capable que d’une perception globale, il fait en sorte d’attirer à lui ce qui l’intrigue car il ne peut pas analyser une chose tant qu’elle se trouve à un endroit précis de la planète. Attiré par le Miracle, le sang de Jack fonce vers la faille ; une fois la faille atteinte, il est donc logique de penser que le liquide va se répandre tout au long du Miracle pour s’étaler sur la plus grande distance possible au coeur de la Terre, afin que la conscience globale du Miracle puisse l’appréhender pour l’analyser.

Reste une dernière question : comment Rex peut-il renaître à la manière de Jack à la fin du dernier épisode ? L’excellente idée de se transfuser le sang de Jack pour tromper la vigilance des Familles ne devrait pas avoir permis à l’immortalité de Jack de le contaminer, puisqu’elle n’est pas une caractéristique positive de son sang. Le Miracle n’est plus là pour couvrir Rex, et celui-ci régénère ses blessures à la manière de Jack. On peut expliquer cela à partir de la caractéristique principale de Jack : être un point fixe dans l’espace et dans le temps qui parvient tout de même à se déplacer.

Que se passe-t-il lorsqu’on tue Jack d’une balle dans la tête ? Il revient à son état initial, c’est-à-dire vivant et le crâne intact. Que se passe-t-il lorsqu’on le coule dans le béton ? Il étouffe, meurt asphyxié, revient à son état initial, étouffe à nouveau, meurt à nouveau asphyxié, etc. C’est très désagréable mais cela lui permet de rester intact pendant un temps indéterminé.

La saison 3 de Torchwood, Children of Earth, était allée plus loin encore dans l’observation de l’immortalité de Jack. Une bombe était déposée dans le hub de Torchwood, et Jack se retrouvait réduit en lambeaux par l’explosion. Il devait mettre ensuite de longues heures à se régénérer à partir de ces lambeaux, que les assassins avaient ramassés pour que Jack se réveille enfermé dans une cellule de béton.

Jack peut donc se régénérer à partir de tout morceau de corps resté intact. Mais ce que la série ne nous a pas montré, c’est ce qu’il se passe lorsqu’on le découpe. Jack est passé par à peu près toutes les morts possibles, sauf la décollation ou la coupure en deux parties quelconques. (Et pourtant, il n’hésite pas à demander qu’on sectionne la tête du « survivant » de l’explosion au début de Miracle Day). Que se passerait-il dans ce cas-là ? La tête de Jack resterait-elle morte tandis que son corps se verrait pousser une tête neuve ? Ou le contraire ? Se retrouverait-on avec deux clones de Jack ? Ou le morceau non régénéré partirait-il tout à coup en fumée ? Pourrait-on se constuire une armée de capitaines Jack Harknesses à coups de machette ? Cela rendrait le paradoxe de son existence encore plus grave, aussi peut-on postuler que le résultat serait trop cosmiquement instable pour être viable. Mais les faits sont là : tout morceau de Jack est capable de régénérer l’individu complet. Disons, pour compléter le théorème : tout morceau de Jack est capable de redonner naissance à un Jack entier, sous réserve qu’il n’y en ait pas déjà un en circulation.

Or, qu’a-t-on lorsqu’on sépare Jack de plusieurs litres de son sang ? Deux morceaux distincts. Et aucun morceau n’est capable de rentrer en communication avec l’autre pour savoir s’il n’a pas déjà régénéré ; c’est l’Univers qui se charge de prévenir le bug que constitueraient deux Jacks. A la fin de Miracle Day, Jack a bien régénéré. Son sang, qui a été transfusé dans les veines de Rex, est donc toujours là, mais séparé de lui (comme le serait une tête coupée d’un corps décapité) ; or il ne peut pas régénérer l’ensemble de Jack dans le corps de Rex, car les lois de l’Univers (et de la décence) l’en empêchent. Il a donc le seul effet que l’Univers lui laisse avoir : faute de pouvoir régénérer Jack lui-même, il régénère les cellules qu’il a touchées tout autour du système son hôte, ce qui constitue un compromis acceptable. C’est donc une régénération d’un morceau de Jack que l’on voit à l’oeuvre lorsque les blessures de Rex se referment, ce qui a pour résultat logique non de faire apparaître un nouveau Jack, mais de sauver Rex.

Cela explique d’ailleurs pourquoi Rex est toujours en vie bien que Jack et lui ne soient pas du même groupe sanguin. Se faire transfuser un sang d’un autre groupe sanguin peut bien ne pas faire mourir tant que le Miracle est en cours ; mais si celui-ci s’arrête avant que l’organisme ait eu le temps de se débarrasser entièrement du sang transfusé, celui-ci devrait se coaguler, le système se bloquer et la mort s’ensuivre. On peut émettre une hypothèse : le sang de Jack ayant eu le temps de pénétrer les moindres recoins du système de Rex avant la fin du Miracle, les cellules de Jack et celles de Rex ont pu se mélanger de manière inextricable à force de régénération d’un côté et de non-mort de l’autre. Le sang de Jack est donc constamment en régénération à l’intérieur de l’organisme de Rex, ce qui le maintient en vie depuis le début de la fin du Miracle. Cela explique aussi pourquoi Rex n’est pas mort de sa blessure au coeur, qui ne s’était jamais vraiment fermée depuis son accident, et qu’il avait de toute manière rouverte pour asperger le Miracle : depuis la correction du champ morphique, c’est le sang de Jack qui assure la réparation des cellules cardiaques traumatisées.

On comprend que les producteurs aient préféré passer toutes ces explications sous silence pour sauvegarder le rythme de la série.

Non, je ne m’attends pas à ce qu’on soit assez fou pour lire tout ça. Mais au moins c’est plus clair pour moi.

Publicités

9 réponses à “Explication de la fin de Torchwood : Miracle Day

  1. vraiment très pointu et très bien rédigé. Avec une précision digne d’un show-runner sous caféine !

  2. Joli travail de rattrapage.
    Je pense toujours que le scénario bâcle une excellente idée mais après ça j’ai au moins une explication satisfaisante à me mettre sous la dent!

  3. Han, j’adore vraiment ! Une bonne explication, j’avoue que la fin m’a laisser super perplexe…

    J’ai aussi bien ris. Franchement bravo, jamais je n’aurai pensé a ça.

  4. hey mais tu à bu combien de litre de café?lol non vraiment exelent ta conclusion,et en plus elle tien debout ;) Juste dommage qu’il n’y est pas de suite…

  5. Quel bonheur de pouvoir enfin lire cet article. Cela fait 1 an et demi que j’attendais.
    C’est tout simplement brillant et savoureux.

  6. GÉ-NIAL, à un tout petit point près complètement ridicule et même un peu hors sujet puisque ce n’est pas le sujet exact de ton excellent article : la façon dont tu explique la résurrection de Jack et sa soudaine immortalité impliquerai que ce soit le cas de tout ceux qui ce sont fait atomiser ( excusez l’expression… ) durant la bataille, le bombardement de la planète terre et même ceux tué sur terre lors de l’épisode 6 de la saison 1 puisqu’antérieur à la Time War, bref… Ça nous ferait un bon gros paquet d’immortels, non ?
    Cela étant, je suis absolument bluffé par ton explication de Miracle Day et je te tire mon chapeau, tu as fais ma journée!! ( et ma semaine… )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s