Qu’est-ce que l’occultisme ?

L’occultisme, son encens capiteux, ses signes cabalistiques, ses films mongolo avec Christopher Lee. Des gens sérieux s’y sont penchés et ont beaucoup pensé, donc au-delà du fantasme, qu’en est-il concrètement, et surtout quel intérêt ? (Attention, mur de texte qui résume un an de recherches, à partir de la question « qu’aimons-nous dans le mongolo »).

Pentagram_(Levi)Occulte signifie, bien sûr, caché. L’occultisme a donc à voir avec quelque chose de caché, mais pas littéralement : difficile d’appeler « caché » un domaine qui fait régulièrement la couverture de Télé 7 Jours comme l’astrologie. C’est que ce ne sont pas les domaines de l’occultisme qui sont cachés, mais leur sujet d’étude. Astrologie, tarologie, voyance et mancies diverses, « thérapies » variées, voire alchimie… Le secret, c’est qu’ils traitent tous malgré leur diversité d’une seule chose, la plus cachée qui soit pour nous : l’inconscient. Prenons tout cela au sérieux cinq minutes, pour voir s’il n’y aurait pas une idée fondamentale à en tirer. (On va utiliser indifféremment les termes occultisme, ésotérisme, hermétisme pour l’instant, on pourra les distinguer plus tard).

 

Qu’est-ce que la voyance ? (sérieusement, donc hors escroqueries et débilités diverses, un peu d’ouverture d’esprit le temps de voir si on ne peut pas ramener au moins une idée intéressante, après on se tire, promis).

Le « voyant » regarde dans une boule de cristal (ou autre chose) et y perçoit des choses qui font sens au moins pour lui. Cette expérience est à la portée de tout le monde : il suffit de méditer quelques instants et de laisser venir à l’esprit des images incontrôlées. On observe alors qu’on peut obtenir une réponse à une question qui nous bloquait, ou une idée nouvelle à laquelle on ne serait pas arrivé autrement. (Bien sûr, il faut avoir la patience de se regarder penser cinq minutes, ce qui n’est pas forcément du goût de tout le monde).

Le voyant n’invoque pas littéralement des forces paranormales ou des esprits comme dans les films. Il est juste en train de laisser les formations de l’inconscient accéder à la conscience. Nous en faisons nous-mêmes l’expérience moins spectaculaire chaque fois que nous suivons une intuition ; « voyance » est un terme galvaudé qui ne veut pas dire grand’chose de plus, et l’intuition n’est que le fait de percevoir correctement, sans s’arrêter aux inhibitions, sélections et blocages surajoutés par les normes sociales ou nos névroses personnelles.

1_1533-rorschach-ink-blots-20090412Les gens qui s’occupent de tout ça utilisent un support, comme la boule de cristal ou n’importe quoi de propre a la projection, pour la faciliter et contourner les blocages inhérents (voir Freud et la topique inconscient -> préconscient // Censeur -> conscient). Ainsi, le marc de café et toutes les choses basées sur les formes aléatoires font fonctionner la paréidolie, ou tendance naturelle de l’esprit à voir des formes signifiantes là où il n’y a que du bruit. Cela fonctionne très bien pour laisser parler l’inconscient sans qu’un censeur puisse intervenir avant formation de l’image. On peut donc faire de la voyance en regardant les formes dans les nuages, en lisant les craquelures dans une carapace de tortue, ou en observant tout élément imprévisible, comme la trajectoire du garçon de café. La Garçondecafétomancie est un copyright Gloplog, merci.

Si on fait ces choses en considérant qu’elles sont magiques, c’est-à-dire en nous ouvrant à l’acceptation du fait qu’elles portent un sens sur lequel nous n’avons pas prise et que nous ne pouvons donc pas censurer ou travestir, alors nous sommes en train d’ouvrir les portes aux formations de l’inconscient, celles-là même que nous rencontrons toutes les nuits dans le rêve (cryptées par les métaphores et les métonymies que l’interprétation se charge d’éclaircir). On voit alors des choses : le marc de café comme le test de Rorsach semble contenir une forme « quand on regarde bien », un détail d’une carte de tarot nous saute soudain aux yeux sans que l’on sache pourquoi, alors qu’on l’avait toujours considéré comme insignifiant. Se dégage alors du sens, que le conscient n’arrivait pas à capter seul, notamment à cause de la censure.

La voyance n’est donc rien d’autre : une capacité à laisser s’exprimer l’inconscient et à l’écouter, puis à en tirer du sens après avoir contourné la « censure » (au sens psychanalytique). Pour cela, il est inutile de postuler l’existence de forces mystérieuses, de télépathie ou de quelconques « phénomènes psi » : quelqu’un dont l’intuition est développée et qui a fait le travail d’apprendre à l’écouter peut tout à fait nous dire des choses troublantes sur nous-mêmes, sans qu’il y ait besoin d’autre chose que de l’écoute. Qui vous promet de prédire les numéros du loto ou la date d’une promotion est un escroc parce que les événements qui ne dépendent pas de vous n’ont aucun lien avec ce qui se passe dans l’inconscient que vous partagez avec lui pendant la séance.

 

 

D’autres domaines, d’autres déclinaisons de la même chose

A priori, l’astrologie et le tarot n’ont que peu à voir avec la voyance, à part le fait que l’on considère ces domaines comme faisant partie du même genre débilo-bizarre. Mais nous pensons que de même que la voyance rend visibles les formations de l’inconscient qui sans cela seraient arrêtées par la censure, de même, les domaines comme l’astrologie, la kabbale, … doivent tous tourner autour de la même chose. (Notre hypothèse, c’est que cet objet est les structures de l’inconscient).

On se rend déjà compte que tous ces domaines sont intimement liés dès qu’on commence plus ou moins à vouloir en étudier un. Veut-on comprendre le tarot, qu’on nous explique que les enseignements de chaque arcane sont les mêmes que ce qu’on retrouve dans l’influence des planètes (Bateleur = Mercure, Papesse = Lune, Empereur = Jupiter, Impératrice = Vénus, etc), et qu’il faut donc bien entendu commencer par maîtriser l’astrologie pour comprendre quelque chose. Se tourne-t-on alors vers l’astrologie, qu’on nous explique que de toute façon, les mouvements des planètes ont entre eux des rapports qui sont très bien expliqués dans l’étude de la musique, car il ne s’agit en gros que de musique des sphères (conception médiévale dont le but est de démontrer l’harmonie du système solaire par analogie avec la gamme ; la Lune correspond à Sol# par exemple). Examine-t-on la musique, qu’on nous explique qu’il ne s’agit que de rapports mathématiques (le taux vibratoire d’une note est la moitié du taux vibratoire de la même note à l’octave), et qu’une fois que nous maîtriserons la mathématique, ça se comprendra tout seul. Les mathématiques reliées à l’occulte nous renvoient à la numérologie, laquelle ne se comprend qu’à la lumière de la kabbale, qui est une structure d’interprétation de la nature de l’univers. Etudions alors la kabbale qu’elle nous ramène immédiatement au tarot, car chaque sentier reliant entre eux les grands concepts que sont les sephiroth sur l’arbre de vie, correspond à une de ses arcanes majeures, tandis que les sephiroth eux-mêmes ont un lien avec les mineures (Kether comme Etre avant l’Etre = les quatre as, etc). Aussi à l’astrologie, car les sephiroth correspondent tous à une planète ou à une constellation (Yesod = Lune, etc). Aux chakras, aussi, car l’Adam Kadmon (être humain originel) est un microcosme dont la structure renvoie en miroir à celle du macrocosme (d’après les principes inscrits par Hermès Trismégiste sur les tables d’émeraude), donc sephiroth et chakras sont plus ou moins liés (Daath = Connaissance = Communication = Gorge = Chakra bleu) (=Mercure, la connaissance. Mercure c’est Mi sur la gamme)… Bon. Bon, bon, bon. On a voulu tirer un fil très simple et précis, et tout nous est tombé dessus d’un seul coup. Bizarre.

Tree_of_life_kircher_hebrewOn peut trouver ça imbitable, ou bien avoir l’intuition que si tout se mord la queue et que les domaines d’étude se renvoient les uns aux autres en une danse effrénée, c’est bien qu’il s’agit à chaque fois de tourner autour d’une seule et même chose, qui n’est pas nommée (sinon ce ne serait pas la peine d’y consacrer plusieurs domaines, car 1 objet précis est très bien étudié par 1 seul domaine, celui qui lui correspond), donc mystérieuse et fondamentale.

Allons-y donc, posons la question. Qu’est-ce qu’on ne rencontre jamais, mais qu’on sait reconnaître en toutes ses incarnations, sans jamais croire qu’il s’y réduit ? Un concept. Personne n’a jamais vu le concept de chien, mais tout le monde sait reconnaître un chien qui passe, qu’il soit grand ou petit, noir ou blanc, et même s’il n’a que trois pattes. Le concept de chien n’est pas noir, ni blanc, ni marron, ni avec des taches, contrairement aux chiens. Les intelligences artificielles ont beaucoup de mal avec ça, parce que les chiens réels sont vraiment très différents les uns des autres, et il est compliqué de trouver des points qui correspondent à chaque fois. Le concept de chien est donc mystérieux, mais nous pouvons quand même le décliner à l’infini à travers des chiens réels, tous différents, et tous semblables à la fois.

Le chien est un concept matériel, étudié par la zoologie, qui est une discipline objective et scientifique, pas du tout occulte (ou hermétique, rapport à Hermès Trismégiste si vous avez bien suivi tout à l’heure, c’est la même chose). Donc nous avons besoin d’affiner pour savoir quelle sorte de concept intéresse les domaines de l’occultisme.

On a vu tout à l’heure que la voyance s’intéressait aux formations de l’inconscient. La zoologie ne s’occupe pas d’inconscient, mais des animaux ; nous avons conscience des animaux, donc nous pouvons nommer son objet, il ne pose pas de problème. Et donc, quelle sorte d’objet est un concept, mais ne permet pas qu’on le nomme ? Les structures de l’inconscient. Un psychanalyste voit l’analysant « tourner autour du pot » car son problème n’est pas de ceux qui peuvent s’énoncer en une phrase fermée ; un lacanien reconnaîtra la familiarité de l’idée de tourner en spirale autour d’un objet innomable et cause du désir.

Tout cela fonctionne en tout cas en système, et un système harmonieux : le système solaire forme un tout, la gamme aussi, le panthéon des dieux avec leurs personnalités bien différentes aussi, et tous ces concepts de base forment un tout cohérent. Si l’on met ensemble les idées de (par exemple, dans la kabbale) [Etre, Forme, Substance, Connaissance, Pitié, Sévérité, Amour, Victoire, Désir, Fondation, Matière], en fait on a tout décrit et il n’y a rien qu’on ne puisse faire correspondre à l’une au moins de ces dimensions (il faudrait tout un post pour expliquer le fonctionnement de la kabbale mais débrouillez-vous avec Dion Fortune pour le moment).

Bon, nommons maintenant ce système, puisque c’est cela le travail de la théorie psychanalytique.

 

 

Archétypes ésotériques, archétypes de Jung : occultisme et inconscient

Parmi les systèmes que nous pouvons observer maintenant, prenons le plus familier pour nous : le panthéon gréco-romain (parce que les sephiroth, il y a beau dire que c’est la même chose, on n’y comprend quand même pas grand’chose), et voyons comment on peut le qualifier.

Tout commence par l’accouplement de la fonction mâle qui apporte la vie (Ouranos) et la fonction femelle qui donne la forme (Gaïa). Après quelques péripéties marquées par l’absence de structure, on finit par obtenir tout un tas de gens très différenciés qui ont chacun un type de personnalité bien précis : celle qui incarne l’Amour (Vénus) (on s’en fout de mélanger les noms grecs et latins vu que ce sont les mêmes personnages), celle qui apporte la Guerre (Athéna), celui qui rayonne de beauté physique et artistique (Apollon), celui qui s’occupe du craft (Héphaïstos), de la communication (Hermès aux pieds ailés, dieu du commerce et des voleurs), celui qui règne sur tout ça (Jupiter), bref, nous avons une tribu archétypique parfaite, où tous les types sont représentés et où ils ont tous leur place.

thoth(Tiens, tout ça c’est pareil que le panthéon égyptien. Mercure -> connaissance & trickster -> le dieu babouin dont j’ai oublié le nom. Apollon et son rayonnement solaire, c’est Amon-Ra. Tous les archétypes sont à leur place et on peut faire la correspondance sans trop de boulot. Hop, cela explique la grande mode de l’égyptianisme dans les systèmes hermétiques, à partir de Court de Gébelin qui au 18e siècle prétendit que le système du tarot était inspiré de la sagesse égyptienne (on suppose qu’Hermès Trismégiste a enseigné en Egypte, et que donc la culture de ce pays est la plus imprégnée de la sagesse de l’initié), et paf, on se retrouve avec les décorations kitschissimes de la Golden Dawn ou du culte maçonnique de Memphis-Misraïm, c’est dommage mais c’est comme ça.

Exercice : faites correspondre tout ça au mythe de Cthulhu. Surprise, ça marche encore ! Mercure -> Nyarlathothep, Vénus -> Shub-Niggurath, etc. Yog-Sothoth est le Gardien du Seuil, Azathoth le Chaos primordial, c’est la même chose que dans les autres mythes de création. Nyarlathothep, le Pharaon noir, coïncidence ? Prenez un moment pour considérer les implications de cette découverte et perdez un point de SAN).

Tous ces dieux représentent quoi ? Des attitudes, des traits de personnalité, des capacités… en fait, des concepts. C’est pour ça que je me suis étendue sur le concept de chien tout à l’heure, pour démontrer que nos domaines étudiaient des concepts plutôt que des objets ; et plus particulièrement, ces concepts sont des archétypes.

Ces archétypes sont présents en chacun de nous, mais plus ou moins développés. Le héros en nous est plus ou moins étouffé, parfois nous faisons des blagues comme le trickster, parfois nous nous montrons sévère comme Jupiter, ou pas assez. Dans la vie, nous rencontrons des problèmes de communication (du domaine de Mercure, qu’on peut alors prier si on est romain pour qu’il nous aide), nous flirtons (entrons dans le domaine de Vénus), bricolons, etc. Bon, ça peut paraître évident, mais allez donc faire un tour chez Jung, il explique ça très bien.

 

L’occultisme à la lumière des archétypes ; Fonctionnement pratique

Que les archétypes soient tous présents en nous mais plus ou moins épanouis, c’est exactement ce que l’astrologie essaie de représenter en superposant l’influence des signes du zodiaque à celle des planètes : tous les signes du zodiaque sont présents dans votre thème astral, mais chacun s’exprime en vous de manière plus ou moins épanouie, selon les encouragements ou les résistances des planètes que vous avez dedans.

C’est pour cela qu’en astrologie d’abord, puis en astronomie qui est venue ensuite, toutes les planètes portent des noms de dieux. Mars, la planète rouge, couleur de sang, c’est la guerre (aucun film de conflit entre l’humanité et les extraterrestres ne parle de Vénusiens, c’est toujours des martiens). Vénus, déesse de l’Amour, c’est la planète qui nous ressemble le plus, miroir de notre Terre et étoile du matin qui nous guide comme le désir. L’archétype peut être représenté par un personnage, mais il ne s’y réduit pas (comme le concept de chien au chien). Les domaines comme l’astrologie utilisent un système complet, où tous les archétypes sont représentés, donc où l’on est sûr de pouvoir générer par combinaison une description aussi précise que souhaité d’une personnalité particulière et surtout des dynamiques qu’elle contient.

Les règles de combinaison ont l’air arbitraires (place des planètes dans le ciel à l’heure de notre naissance, etc) pour nous donner 1) l’impression que c’est quelque chose qui ne dépend pas de nous, donc sur lequel nos oeillères et nos mensonges n’auront pas prise ; et 2) la possibilité quand même d’y projeter quelque chose de nous, comme lorsqu’on dit « Je me reconnais tout à fait dans cette description ». La première nous rend réceptif, ce qui nous permet de mettre en oeuvre la deuxième. Ce sont ces deux conditions qui font que l’on peut trouver quelque chose pour nous faire avancer, dans une réflexion basée sur un thème astral ou autre chose du même genre. D’ailleurs, si on arrive à avancer, c’est ça qui compte plutôt que le moyen utilisé, non ?

Idem pour le tarot, où chaque grande arcane représente un archétype, et où les mineures permettent de décliner en les appliquant aux quatre éléments. Idem pour tout autre domaine de l’ésotérisme. Si les symboles changent de forme, ils représentent toujours la même chose, où qu’on se place. C’est génial. C’est un système a N dimensions, qu’on peut prendre par le bout qu’on veut, et chaque dimension que l’on rajoute peut ajouter de la profondeur à l’interprétation.

Ces archétypes, qu’on retrouve partout, sont les briques de base du fonctionnement de l’esprit humain. Il n’y a pas de culture où l’on ne retrouve pas les mêmes partout (trickster = Mercure = Hermès = Loki chez les nordiques = Renart du roman de Renart, etc).

Ils sont utilisés en occultisme pour rendre conscient ce qui était inconscient, en nous mettant devant les yeux les influences à l’oeuvre en nous sans qu’on ne s’en rende compte. Ainsi, en astrologie, ils sont utilisés pour expliquer les facettes de ta personnalité d’une manière qui paraît objective (influence des planètes = tu n’y peux rien). Or (même si on pense que les planètes n’ont pas vraiment une influence mystérieuse) ce qui importe, c’est ce que toi tu vas retenir et projeter sur ton thème astral et le fait qu’il va t’apporter des infos vraies que tu n’aurais pas réussi a voir toute seule. Et comme il utilise les grands archétypes pour les combiner, tu vas forcément y voir quelque chose de très intéressant, car tous les archétypes sont en toi, plus ou moins développés.

C’est ça qui fonctionne aussi dans le tarot. Comme les cartes sont tirées au hasard, on leur suppose un point de vue objectif (que nous n’influençons pas), or nous pouvons y voir des choses que nous n’aurions pas pu voir seul, ou plus difficilement car le conscient se ment souvent a lui-même alors que l’inconscient est brut de décoffrage. C’est ainsi que Jodorowsky présente sa technique, qu’il dérive de son concept de psychomagie : tirer les cartes est un acte « magique » au sens où il va s’en dégager du sens sur lequel la raison consciente n’a pas prise, et qui se résume à un dialogue d’inconscient à inconscient dans le but de mieux comprendre les dynamiques à l’oeuvre dans la vie du consultant.

 

 

Un domaine applicatif

Aleister_Crowley,_Golden_DawnDe là on comprend que la magie (magie du chaos, magie cérémonielle, et tout ce qui fonctionne sous forme de rituel pour obtenir des résultats) ait pu être étudiée très sérieusement par des gens pas forcément à enfermer (Eliphas Levi, Crowley, … tous les grands occultistes surtout 19ème-20ème). En effet, ce qu’on voit bien chez les obsessionnels, le rituel est le langage que parle l’inconscient. Par des rituels, donc, les magiciens cherchent à agir sur lui, de manière à ce qu’il agisse ensuite sur le monde. Comme l’inconscient agit sur le monde de manière inconsciente (lapalissade), alors le résultat nous apparaîtra forcément d’une manière que nous ne pouvons pas nous expliquer consciemment. Donc on appelle cela magie, on en déduit que la magie fonctionne, et que ça peut être pratique.

(Comment l’inconscient agit-il sur le monde sans que nous le voyions ? Demandez aux femmes qui finissent toujours maltraitées par leur petit ami. Tant qu’elles ne se demandent pas d’où vient cette compulsion de répétition, elles jurent qu’elles ne pouvaient pas soupçonner avant de sortir avec lui que Kevin, « pourtant si gentil », allait se révéler capable de violence, et que donc c’est le sort qui s’acharne contre elles.

De là à parler d’envoûtement il n’y a pas beaucoup de pas. Etrangement, lorsque la raison de leur comportement se fait jour, suite à une psychanalyse ou une introspection un peu poussée, les choses s’améliorent. De même, un désenvoûtement pourrait dans certain cas avoir un effet « placebo » qui s’ajoute au fait de les amener à se considérer comme le centre du problème, et donc de réfléchir sur elles, les mettant possiblement sur la voie de la résolution).

L’occultisme a en réalité deux buts éminemment pratiques, ce qui le distingue de la psychanalyse (qui a pour but de comprendre, alors que l’occultisme souhaite agir) :

1) Maîtriser ce qui nous arrive (ne plus être une victime des circonstances), donc se maîtriser soi.

La magie noire ne peut être pratiquée que par ceux qui n’ont pas compris qu’il faut d’abord se maîtriser soi, d’où les dangers contre lesquels on nous met constamment en garde. La magie blanche, c’est celle qui se fait « conformément aux lois de l’univers », c’est-à-dire au fait que c’est par la maîtrise de soi que tout passe.

2) Parvenir à davantage de conscience

Rendre conscient tout ce qui est de l’ordre de la pulsion inconsciente et de la névrose, pour les voir a l’œuvre et être capable de les maîtriser pour ne plus les subir, donc avoir une vie équilibrée. Il y a l’idée de prendre conscience du plus de fonctionnements inconscients possibles, pour ne plus « être agi » par eux, mais toujours « agir », décider consciemment des choses au lieu de croire qu’on les a décidées, alors que c’est un mécanisme social par exemple qui est en train d’agir en nous sans que nous ayions notre mot à dire.

On retrouve cela dans le bouddhisme (la méditation comme exercice de conscience, prescrite chaque jour ! par Crowley), la philosophie hindoue, toutes les idées orientales qui ont été ramenés en Occident de manière plus ou moins déformée par des gens comme Blavatsky, Alexandra David-Néel, au moment de la mode de l’orientalisme.

Et en fait 1 est la condition de 2 quand on regarde bien. Donc l’occultisme, quel que soit le domaine considéré, est un travail pratique d’éveil de la conscience. D’où l’accent qui est mis sur l’intuition : par l’intuition, l’esprit saisit un objet immédiatement, en faisant pratiquement corps avec lui et sans passer par le prisme de la raison logique. Il y a donc l’idée d’une réconciliation entre les différents composants de l’esprit, ce qui permet à ce dernier de ne plus se « prendre les pieds dans le tapis » constamment, et de travailler entièrement avec lui-même. Alors que dans la névrose par exemple, ou lorsque la vie n’est pas « équilibrée », on voit bien qu’une partie de nous travaille contre une autre.

 

 

Distinction entre Ésotérisme et Exotérisme :

L’ésotérisme c’est la signification cachée, qui n’est révélée qu’aux « initiés », c’est-à-dire ceux qui ont commencé le travail de prise de conscience impliqué dans chacun des domaines que nous avons parcourus. L’exotérisme, c’est ce qui peut être révélé au grand public sans problème. Sans avoir en main la signification profonde (cette clef dont nous parlons, qui est le fait que tout parle de l’ics en ayant pour but de le rendre conscient), on ne peut absolument rien en faire, donc si le public connaît tel et tel rituel, qu’il s’amuse avec, au pire il ne fait rien de mal et au mieux cela lui donne l’occasion d’y réfléchir pour en saisir le sens, et devenir initié.

Ainsi, on peut parler d’exotérisme concernant ce que savent des ménagères de 50 ans qui nous expliqueront les règles de la lithothérapie (il faut telle pierre pour tel problème et surtout pas telle autre) parce qu’elles ont appris le bouquin par cœur et ont besoin de règles dans leur vie.

S’intéresse à l’ésotérisme, au contraire, celui qui utilisera la même pierre (ou autre chose) selon le même rituel, pas en répétant bêtement quelque chose qu’il ne comprend pas, mais parce qu’il sait (peut-être pas consciemment, mais en tout cas il n’est pas dupe) qu’utiliser la pierre est un acte symbolique, que l’inconscient ne réagit qu’aux actes symboliques, et qu’il sait que ce que symbolisent les caractéristiques de cette pierre (transparence, couleur…) correspond, dans l’esprit en général, à ce qu’il faut pour agir sur son inconscient et donc sur le monde qui l’entoure.

L’exotérisme est ridicule pour que les débiles continuent à jouer avec les débiles sans embêter les grands. Ainsi, les domaines de l’occultisme ont l’air débiles. Que les planètes nous influenceraient à notre naissance alors qu’elles sont si loin, et qu’on n’y pourrait rien ! Que des cartes tirées au hasard par quelqu’un que je ne connais pas, pourraient dire quelque chose de moi ! Que les pierres aient sur moi une influence subtile à cause d’histoires de niveaux de vibrations ! Ridicule, quand on prend tout ça au pied de la lettre. Donc, on ne vient à se poser ces questions (à étudier les mécanismes de l’inconscient pour agir dessus à travers ces domaines) que si on est réellement prêt, et capable de le comprendre. Sinon, on rejette ce ridicule et on part sans plus se poser de question. Dommage, il n’y a que le fait de se poser des questions qui fasse trouver des choses.

Dans notre exemple, la ménagère et l’initié utilisent le même outil, l’une de manière inconsciente, l’autre de manière consciente. Dans les deux cas, cela peut marcher ; ce n’est bête que si on utilise les outils de l’occultisme (dont le but est d’augmenter la conscience) que de manière à lui faire obstacle (suivre les règles des livres juste pour suivre des règles décidées par autrui, se dire que c’est comme ça et pas autrement, et s’interdire de s’interroger, surtout sur soi-même).

 

 

Bonus track : Réglons son compte à la théorie du complot la plus connue.

Eveil de la conscience… accès à la Lumière de l’éveil par opposition aux ténèbres de l’inconscience… illumination.

Occultisme, caché, conspiration.

=> Illuminati.

annuitcoeptisBon sang mais c’est bien sûr : la « conspiration » que voient les paranoïaques pleins de haine, dans laquelle les Illuminati nous mèneraient dans l’ombre à l’avènement du Nouvel Ordre Mondial (la planète sombrant dans une dictature où les masses zombifiées par les productions hollywoodiennes seraient contrôlées d’une main de fer par une douzaine d’êtres supérieurs), c’est la même chose que voient les plus pacifiques adeptes du New Age : l’avènement de l’Ere du Verseau, censément sur le point d’arriver depuis un bon moment, et où l’humanité guidée par quelques êtres déjà éclairés doit accéder à un autre niveau de conscience, cette fois supérieur. Bien sûr que tout est lié, puisque si les gens qui pensent ont au moins quelque chose de commun, c’est la structure inconscient / conscience. Annuit coeptis, novus ordo seclorum ! Les paranoïaques n’arrivent juste pas à voir que les êtres illuminés puissent poursuivre autre chose que leur intérêt personnel. Or, l’éveil, c’est se rendre compte que l’intérêt personnel n’est qu’une illusion, ou qu’en tout cas il est insignifiant. Vous dites ? la théorie du complot la plus connue est celle de l’assassinat de JFK et pas celle des Illuminati ? Cet assassinat a été orchestré dans l’ombre par les Illuminati, donc, CQFD.

Un des dangers de l’occultisme, outre le fait de nous faire bricoler le moteur de notre inconscient sans manuel de référence, c’est que l’insistance sur le fait que tout soit lié peut faire croire que ce sont les liens l’important, donc rendre paranoïaque. Il faut garder à l’esprit que tout ce dont on parle depuis le début, ce n’est rien d’autre que soi-même : le travail sur la conscience pour se débarrasser de ses névroses et maîtriser le monde qui nous entoure, c’est un travail sur soi. Tout tourne autour de l’individu, dans l’occultisme ; le Grand Oeuvre de l’alchimiste n’est autre que le développement d’une personnalité « lumineuse », car pleinement consciente et débarrassée des ténèbres de l’ignorance.

Les planètes de l’astrologie, en elles-mêmes, tout le monde s’en fout. Elles n’ont de sens que celui qu’elles prennent par rapport à nous. Pour ne pas devenir fou ou obsessionnel, il faut donc comprendre qu’aucun de ces domaines n’est important en lui-même. Vous préférez l’un ou l’autre ? Tant que vous travaillez à devenir meilleur, ça ne fait pas la moindre différence, et de toute façon ça n’intéresse personne. Ce ne sont que des langages différents pour parler de la même chose, et du point de vue de l’initié, il n’y en a pas un supérieur à l’autre – il n’y en a même pas un qui vaille comme référence d’un savoir objectif. Ce sont des supports à la seule chose qui compte, un travail qui doit être accompli depuis le début par chacun, et qui est quand même simple : cesser d’être une victime, décider de sa vie, être conscient des choses. On n’est pas obligé de le faire comme ça, mais c’est quand même dommage de passer à côté.

 

Bibliographie

pour ceux qui veulent gratter davantage là-dedans et voir comment « ça » pense

Pour comprendre comment l’esprit fonctionne, Robert Cialidini, Influence, et Robert Anton Wilson, Prometheus Rising. Met en lumière ce qui, dans nos actions, est de l’ordre de l’automatique et pas individuel, alors que nous avons tendance à nous y identifier et à croire que c’est bien nous qui agissons à ce moment-là.

C. G. Jung, L’homme et ses symboles, ou alors Anthony Stevens, Jung : A Very Short Introduction, ça suffit

Le Kybalion « par trois initiés ». Métaphysique, explique ce que raconte la Table d’Emeraude en compréhensible. Remarquable notamment pour l’idée que l’Univers est forcément de nature mentale (L’univers est créé à partir de rien, car si on considère qu’il est créé à partir d’autre chose, on ne fait que repousser le problème car on devra se demander d’où à été créée cette autre chose. D’habitude pour créer quelque chose il faut quand même le faire à partir d’autre chose, comme j’ai besoin d’avoir du bois pour faire un lit. Qu’est-ce qu’on a comme exemple de création, qui se fasse sans qu’on ait besoin d’autre chose au préalable ? L’imagination ou la création artistique – le romancier a bien créé un personnage a partir de rien, tout s’est fait dans son esprit. Donc c’est une création de l’ordre du mental. Donc Dieu a créé l’univers d’une façon comparable à celle du romancier qui imagine son monde pour le créer. Par conséquent, l’Univers est de nature mentale, au sens où il est fait de l’étoffe de l’esprit de Dieu). Intéressant quand on le met en relation avec la définition que donne Crowley de la magie : acte mental qui a pour but d’agir sur l’univers.

Dion Fortune, Mystical Qabbalah. Livre de référence sur la kabbale.

Edmond Delcamp, Le Tarot initiatique, symbolique et ésotérique.

Amber Jayanti, Living the Tarot.

Alejandro Jodorowsky, La voie du Tarot, sur l’utilisation du tarot comme support psychologique dans le but de donner accès à plus de conscience, et d’autres livres de lui comme Métagénéalogie par exemple.

Et plein d’autres. Faites-vous plaisir dans cette bibliothèque si vous lisez l’anglais.

Disclaimer à propos des idées sur la magie, qui ne sont que théoriques.

Si vous avez lu jusqu’au bout, vous êtes quelqu’un d’incroyable, laissez un commentaire.

Publicités

Une réponse à “Qu’est-ce que l’occultisme ?

  1. Bonjour,
    J’avais lu votre article (ardu), quand mon fils de 15 ans m’a demandé peu de temps après « c’est quoi les illuminati ? ».
    Je vous remercie parce que j’ai pu à peu près lui répondre. Mais à ma question « Pourquoi cette question ? ». Je n’ai obtenu que cette réponse « comme ça, pour rien ».
    Laquelle question a reçu une réponse par France Culture le 9 mai. Croyance conspirationniste au collège déjà, c’est inquiétant.
    Caroline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s