Ces grands fous de la pensée : Wilhelm Reich

Wilhelm Reich et sa mècheWilhelm Reich (1897 – 1957) : disciple dissident de Freud ; porteur d’une coiffure étonnante, mi-brosse en arrière, mi-mèche sur le côté ; éminent psychanalyste et scientifique ; et surtout, victime des conspirations  et persécutions suivantes :

– des nazis (il est juif, psychanalyste et communiste) ;

– des communistes, contre son programme d’éducation sexuelle de la jeunesse (SEXPOL), jugé trop radical (distribution de capotes pas chères) ;

– de l’armée de l’air américaine (on dit qu’elle a volé les plans du canon à orgone pour faire des tests) ;

– de la Société psychanalytique de Vienne, qui ne cessa de lui planter des poignards dans le dos jusqu’à son exclusion… à son insu, notamment par l’entremise d’Anna Freud, analysée de force par son père parce qu’elle se masturbait et qui en est restée vierge toute sa vie ;

– de la population locale lors de son exil aux Etats-Unis, car on le prenait pour un contempteur des bonnes moeurs : ainsi fut-il dénoncé à la FDA (Food and Drug Administration) ; on le persécutait aussi parce qu’il était communiste, et aussi parce que comme il était Allemand, on le prenait pour un nazi ;

– de la FDA, qui a lancé une rocambolesque enquête contre lui, impliquant l’envoi d’un agent double chargé de séduire sa secrétaire pour lui extorquer le fichier des patients traités au générateur d’orgone. La FDA pensait en effet que les générateurs servaient à donner des orgasmes aux gens, ce qui était illégal (!). Ce n’est que par la suite – lorsqu’il s’avéra que 100% des patients interrogés répondirent que son traitement n’avait rien à voir avec l’orgasme et qu’ils en étaient TOUS tout à fait satisfaits – qu’il fut attaqué pour exercice illégal de la médecine (malgré son titre de médecin), ce qui conduisit à la destruction de ses livres et de son matériel. Reich fit appel, mais mourut d’une crise cardiaque en prison la veille du procès en appel. Certains y voient une dernière conspiration.

Quand on est déjà paranoïaque, tout cela n’aide pas. Lire la suite

Publicités

Pourquoi il n’y a pas de rapport sexuel

Lacan a révolutionné l’ensemble de la psychanalyse dans les années 60 en France, c’est-à-dire au moment de la domination du structuralisme sur la pensée intellectuelle. Sa réputation est celle d’un hystérique (« Mon symptôme, c’est la psychanalyse ») incompréhensible (« L’insuccès de l’une-bévue s’aile à mourre »), mégalo (« On m’accuse d’écrire de façon absconse mais dans vingt ans je serai un classique ») et agressif (« La psychanalyse est un remède contre l’ignorance. Elle ne peut rien contre la connerie »). Par conséquent, les gens pensent qu’il ne faut pas lire Lacan car il prend la tête. Nous allons tenter de montrer rapidement que cette prise de tête, si elle ne peut pas être contestée, vaut le coup d’être tentée car elle nous ouvre des perspectives inouïes sur notre structure psychique la plus intime, et surtout parce qu’elle fait souvent bien rigoler. Lire la suite

La musique acousmatique, étude – Extrait d’Arkheion

Cet article sert à illustrer l’article théorique de présentation du genre acousmatique.

Il s’agit de l’analyse détaillée d’un extrait d’Arkheion, les voix de Stockhausen, par Christian Zanési. L’extrait est disponible au téléchargement, il s’agit d’un petit passage particulièrement clair d’un morceau qu’on peut écouter comme une « démonstration » générale de l’art acousmatique. Lire la suite