Pourquoi il n’y a pas de rapport sexuel

Lacan a révolutionné l’ensemble de la psychanalyse dans les années 60 en France, c’est-à-dire au moment de la domination du structuralisme sur la pensée intellectuelle. Sa réputation est celle d’un hystérique ("Mon symptôme, c’est la psychanalyse") incompréhensible ("L’insuccès de l’une-bévue s’aile à mourre"), mégalo ("On m’accuse d’écrire de façon absconse mais dans vingt ans je serai un classique") et agressif ("La psychanalyse est un remède contre l’ignorance. Elle ne peut rien contre la connerie"). Par conséquent, les gens pensent qu’il ne faut pas lire Lacan car il prend la tête. Nous allons tenter de montrer rapidement que cette prise de tête, si elle ne peut pas être contestée, vaut le coup d’être tentée car elle nous ouvre des perspectives inouïes sur notre structure psychique la plus intime, et surtout parce qu’elle fait souvent bien rigoler. Lire la suite